Ravis d’avoir quitté la France pour le Canada: témoignages de pvtistes

Vous songez à partir en PVT Canada, mais vous vous demandez si vous allez aimer ce pays, et si la France va vous manquer? C’est tout à fait compréhensible. Sachez toutefois que beaucoup de jeunes pvtistes quittent la France pour le Canada tous les ans, et que pour nombre d’entre eux, c’est une expérience inoubliable!

Nous avons demandé à des pvtistes français ce qu’ils pensent de leur aventure au Canada. Comme vous allez le voir, la plupart d’entre eux sont ravis d’avoir quitté la France pour le Canada, pour diverses raisons.

Lisez leurs témoignages ci-dessous pour vous faire une idée et prendre une décision. Alors, partirez-vous en PVT Canada, vous aussi?

(Veuillez noter que ces témoignages n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de l’équipe de ce site).

Nadine, 21 ans, Paris. Partie en PVT à Montréal

Au début, je n’étais vraiment pas sûre de vouloir faire ce PVT au Canada. Je suis très famille, et j’ai beaucoup d’amis à Paris. Mais je dois dire que l’atmosphère dans la capitale commençait vraiment à me peser. Déjà, je trouve que pour une fille, Paris n’est pas une ville très sûre. Je ne compte même plus les commentaires désobligeants dans la rue ou les sifflets si je décide de mettre une jupe l’été. Sans parler des mecs qui me collent dans le métro, et des deux tentatives de vol dont j’ai été la victime.

Bref, j’ai voulu changer d’air, et je dois dire que Montréal m’a apporté ce changement dont j’avais besoin. Ici, je me sens en sécurité, et je peux m’habiller comme je veux sans me faire constamment harceler. La société canadienne est beaucoup plus respectueuse des femmes et minorités, selon moi. Quand je pense à mon ancienne vie à Paris, je ne sais pas comment j’ai tenu si longtemps.

Kevin, 28 ans, Marseille. Parti en PVT à Toronto

C’est très simple: à Marseille, je galérais pour trouver du travail. Pourtant, j’ai un diplôme en marketing en ligne, et je pensais qu’avec ça je trouverais un job facilement. Eh bien non! j’ai fait ma demande pour un PVT en 2017, suis partir pour Toronto, et depuis, je ne regrette pas un seul jour ma décision!

Bien sûr, il a fallut que je m’habitue à vivre et travailler en anglais. Mais je trouve ça super intéressant. Je rencontre plein de gens super venus de tous les coins du monde, alors que parfois à Montréal les français ont tendance à rester entre eux. Et puis l’actualité ici est super positive par rapport à Marseille (pas difficile). Ca fait du bien de vivre dans un pays qui va bien. Ca donne de l’espoir pour le futur.

Mamadou, 23 ans, Lyon, en PVT à Montréal

Je suis black, et disons que je n’ai pas un look qui passe inaperçu. J’aime bien m’habiller avec des vêtements flashy, un peu comme Bruno Mars. Je recevais des compliments sur mon look à Lyon, mais aussi beaucoup de commentaires négatifs de gens qui n’aiment pas trop ce qui sort de l’ordinaire. Je ne dis pas que j’étais victime de racisme ou quoi que ce soit, mais la mentalité dans les villes françaises, même les grandes comme Lyon, reste encore assez conservatrice par rapport à des villes comme NYC, Londres et bien sûr Montréal.

A Montréal, je fais ce que je veux. Je m’habille avec des vêtements bien flashy, j’ai des dreadlocks, et malgré cela on m’a offert de nombreux entretiens d’embauche. Bizarrement, ici je me sens plus français qu’en France, car on ne me fait pas tout le temps sentir que je suis « différent ». Je peux marcher dans les rues de Montréal sans que les gens me regardent bizarrement ou se moquent de moi. Il n’y a vraiment pas autant de préjugés ici selon moi.

Virginie, 22 ans, Reims, en PVT à Vancouver

Moi j’en avais marre du côté un peu assisté des français. J’ai plein d’amis à Reims qui m’ont déjà dit qu’ils ne veulent pas travailler après la fac, juste essayer de profiter des aides sociales. Je trouve ça aberrant. Sans compter les perpétuelles grèves en France et manifestations avec des casseurs en tous genres.

J’aime vivre à Vancouver parce qu’ici, les gens bossent. Il y a une mentalité de battant, les jeunes veulent réussir dans la vie, et je pense que c’est pour cela que le Canada va mieux que la France. Les gens ici n’attendent pas toujours des aides de l’état, et ils ne passent pas leur temps à se plaindre. Je préfère vraiment cet état d’esprit. Parfois je me dis que j’aurais du naître au Canada, d’ailleurs je demanderai la résidence permanente dès la fin de mon PVT.

Fatima, 30 ans, Paris, en PVT à Montréal

Mon compagnon et moi avons quitté Paris pour Montréal, tout simplement parce qu’il est devenu impossible d’acheter un appartement ou une maison potable en Île de France. La vie est devenue horriblement chère à Paris, mais les salaires ne suivent pas. A Montréal, nous gagnons plus d’argent, et nous avons pu acheter une petite maison dans le quartier de Côte-des-neiges.

Cela aurait été impensable à Paris. j’en avais marre de gagner une misère et de donner tout mon argent au propriétaire de l’appartement que nous louions là-bas. Grâce à nos jobs de programmeurs web, mon compagnon et moi pouvons même mettre de l’argent de côté et envisager la possibilité d’avoir un enfant prochainement.

C’est parce que nous nous sentons bien plus en sécurité financièrement parlant ici qu’en France.

Ludovic, 24 ans, Nantes, en PVT à Québec City

Je suis content d’avoir quitté Nantes pour Québec City parce que je trouve tout ce qui me plaît ici. La vie est relax à Québec, et le week-end je peux faire de la randonnée en pleine nature et voir des ours! J’aime aussi la proximité avec des villes comme Montréal, Toronto, New York ou Boston. Je ne sais pas trop pourquoi mais ici, j’ai l’impression d’avoir plus d’énergie qu’en France. Il y a un côté dynamique et moderne qui parfois me semblait absent à Nantes. Un peu comme si les choses ne pouvaient pas changer en France. Une sorte d’immobilisme, quoi. A Québec j’ai l’impression que tout est possible et je me sens pousser des ailes.

Sandra, 21 ans, Dijon, en PVT à Montréal

J’apprécie le dynamisme du gouvernement Trudeau. Je trouve qu’ici les choses sont bien organisées aussi, pas comme à Dijon où j’ai perdu des heures et des heures à remplir de la paperasse avec l’ANPE pour finalement ne pas recevoir une seule offre d’emploi. Je trouve incroyable d’avoir trouvé un emploi plus rapidement à Montréal qu’en France, alors qu’ici je suis une étrangère.

Je me sens plus en sécurité à Montréal. Je trouve qu’ici, la police est plus présente, et les québécois en général ne sont pas du tout des gens agressifs. Ils font la queue devant le bus et ne s’énervent pas pour un oui et pour un non. C’est ce civisme qui manque souvent en France… Moi, je conseille à tous les jeunes français qui veulent s’évader du train train quotidien de partir en PVT pour le Canada.

Et vous, qu’en pensez-vous? Préférez-vous la vie au Canada? N’hésitez pas à laisser un commentaire!

Vous cherchez une offre d’emploi au Canada pour français pvtistes ? Voir nos annonces.

Leave a Reply

 

Besoin d'une assurance pour ton PVT? Suis le lien de notre partenaire pour obtenir 5% de réduction: Lien: Chapka Assurances